AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez|

are you afraid ? ♣ charlie cole-ringo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Personnage non joueur. Merci de ne pas envoyer de MP


    Masculin

      ☆ COUPS DE FEU : 290
        ☆ AMÉRICAIN DEPUIS : 29/12/2012

        Papiers
        » JUKEBOX:
        » CHEZ MOI : Partout et nulle part à la fois
        » UNE PHRASE: Maître du jeu, je suis

MessageSujet: are you afraid ? ♣ charlie cole-ringo Sam 5 Jan - 17:03




Charlie Cole-Ringo
« même le soleil ne peut éloigner les fantômes de notre pays. Et pourtant nous nous rassemblons pendant la nuit en priant pour qu'arrive l'aurore. »



who i am

Bonjour! Je m'appelle Charlie Cole-Ringo. Je suis né(e) à Midtown le 15/03/1839 et de ce fait j'ai donc vingt-cinq ans. Côté coeur, je suis célibataire. J'exerce le métier, l'activité de nouveau chef de la résistance. J'appartiens au groupe de la résistance. Je suis un personne réfléchie, autonome, calme, débrouillarde; mais aussi bornée, hésitante, angoissée, rancunière. Si j'ai une particularité ou un secret ? Mon père a été assassiné et je ne souhaite que le venger.


this my story

« Le soleil se couchait dans la vallée où les rebelles avaient établit leur repaire. Des tons orange se dégageaient d'entre les quelques arbres. Un silence inhabituel régnait au camp. Nous fûmes un autre jour, on aurait pu entendre les rires hagards des résistants et l'air tranquille d'une mélodie d'automne. Mais ce soir, l'ambiance est différente. Car à présent, rien ne sera plus jamais pareil. Ce soir, les insurgés sont en deuil.
Le voile de la tente se leva et fit découvrir le visage rassurant mais dur de Charlie Cole-Ringo. Les révolutionnaires se tenaient tous là, et formaient une allée. Il y avait des hommes aux chapeaux de cowboys, des femmes aux robes à fleurs et des enfants à l'air triste. Chacun dévisageaient le jeune homme. Lorsque Ollivers, le bras droit du chef de la Résistance, sortit à son tour et qu'il secoua la tête, certains baissèrent les yeux, plus particulièrement les hommes. Charlie s’avança dans l'allée qui s'était disposée devant lui. Puis, à sa gauche, il aperçut sa meilleure amie, Mia. Avec un sourire compatissant, celle-ci se rapprocha et le prit dans ses bras. Charlie y trouva grand réconfort, pendant un instant il se retrouva quinze ans plus tôt, alors que lui et Mia n'étaient que des enfants sur le banc de l'école. Que cette époque était magnifique ! Les enfants ne se faisaient pas autant de soucis que les adultes et parcourir deux kilomètres était une grande aventure. Il regrette cette époque, révolue, lointaine, perdue à jamais.
Après cette brève étreinte, il annonça :
— Repos pour tous ce soir.
Les rebelles commencèrent alors à discuter et vaquer à leurs occupations. Mia regarda son ami s'éloigner. Certains hommes se murmuraient des choses, mais Charlie percevait ce qu'ils disaient. “Y's'ra pas à la hauteur. Y'est pas comme son père”. “C'est la fin, c'est assuré maint'nant”. Charlie pressa le pas. Il refusait d'en entendre plus. Il monta sur la colline et s'y posa un moment. Il s’effondra au sol, comme si ses jambes n'avaient plus la force de le tenir, ni de faire quoi que ce soit d'autre. Il prit la tête dans ses mains. Que faire à présent ? Cette responsabilité n'est pas la sienne, il refuse de l'assumer. Il n'a pas choisi ni voulu ça. Levant la tête, il scruta l'horizon. Il resta ainsi, un moment, le regard dans le vague. Il repensa à tout ce qui l'avait mené ici... De sa naissance à Midtown, la ville du vice, son enfance avec sa mère qui l'a élevé seule, son père étant souvent absent. Du jour où il a dû quitter la vieille chambre de bonne qu'il occupait avec sa mère, à cause de sonère soi disant - les citoyens de Midtown criaient "Va-t-en fille de putain" sans que Charlie comprenne vraiment le sens de ces mots du haut de ses cinq ans. De son arrivée dans sa nouvelle demeure, un camp de réfugiés. De son père, si peu présent. On racontait à Charlie qu'il était un héros, qu'il allait tous les sauver. Aujourd'hui, Charlie a perdu son père. Pourtant, ça n'a pas l'air de creuser pour autant un vide dans son coeur. »



behind the screen

T'as un prénom tout de même ? Surprised • Loulou Smile
Ton p'tit surnom, c'est quoi ? Shocked • hayley ^^
Tes crédits • gif : Tumblr, citation : citation western (premier lien google)
Qui est sur ton avatar ? • Shiloh Fernandez I love you I love you
Ton avis sur le forum ? • Beurk ! Nul je file d'ici illico Evil or Very Mad
Le fameux code du règlement ? RazzValidé

FICHE PAR ROMANE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wicked-mind.superforum.fr

are you afraid ? ♣ charlie cole-ringo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Des actions pour le maintien des filles à l'école
» Éric Cole sur le marché des transactions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† OUTLAWS † :: FOR A SAFE ARRIVAL :: Anciens sujets-