AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez|

Intrigue n°1 : Sombre nouvelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

there's no place like home †


    Masculin

      ☆ COUPS DE FEU : 39
        ☆ AMÉRICAIN DEPUIS : 12/01/2013

        Papiers
        » JUKEBOX: Long nights~eddie v.
        » CHEZ MOI :
        » UNE PHRASE: You and I!

MessageSujet: Intrigue n°1 : Sombre nouvelle Mer 16 Jan - 19:02

Citation :

Sombre nouvelle

Woodville, un jour de mai 1860. Le soleil brille et une brise de vent rafraîchit les visages des citoyens, tous réunis devant une estrade sur la grande place. Une estrade sur laquelle se tient deux hommes. L'un est âgé et porte un costume élégant. L'autre est plutôt jeune mais a de loin dépassé sa majorité. Le plus jeune tient entre ses mains un parchemin. C'est l'annonce qu'il va lire devant tous les habitants de Woodville, curieux de découvrir cette nouvelle loi. Et cette loi, la voici :
« Ayant pour projet de mettre enfin un terme à la dégradation de la situation actuelle dans l'intérêt de tous, Sir Thomas Blake ici présent a rédigé une nouvelle loi et celle-ci est appliquée dès aujourd'hui. Par cette loi, certains privilèges qui vont ont jadis été donnés vous sont à présent retirés. Soit par cette loi, ces privilèges sont : droit de rassemblement, droit de jugement, droit de défense, droit de s'installer dans une région isolée. Par cette nouvelle loi, tout personne jugée coupable de terrorisme, ou aidant une personne jugée coupable de terrorisme, ou s'associant à une personne jugée coupable de terrorisme sera condamné à mort par la pendaison. Pour finir, ces terroristes qui se prennent pour des justiciers travaillant pour le bien en défendant des indigènes sont dès maintenant considérés comme des hors-la-loi et ennemis de notre nation ! ».


Indications
---------------------------------------------------------------------

x Cette première intrigue porte donc sur l'annonce de la nouvelle loi visant à condamner indiens et résistants.
x Ce sujet-ci se déroule à Woodville, ainsi presque tous peuvent participer - excepté les Sioux, facilement reconnaissables contrairement à un rebelle qui peut se fondre dans la foule.
x N'oubliez pas : amusez-vous bien YAY



(c)image: Google images - intrigue : norah blake


════════════════════════

tatted lace
Through buried paths, where sleepy twilight dreams, the summer time away - john keats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://louiseecrit.over-blog.com
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°1 : Sombre nouvelle Dim 19 Mai - 15:34

Anthony était au saloon local, il venait tout juste d’aider à la négociation sur la disposition de terre locale entre deux importants propriétaires. Cela aiderait surement son compte en banque à s’étendre largement. Les opportunités d’affaires étaient plutôt rares dans cette petite localité, mais il savait les trouver et bien faire son travail pour assurer sa propre prospérité. Les choses allaient plutôt bien à Woodville. En même temps si la ville lui donne du succès, il ne peut pas s’empêcher de penser à la femme qu’il a laissée derrière lui. Elle portait son enfant en elle et pourtant elle n’aurait jamais miette de la prospérité qu’il avait trouvé. Il se doutait que la pauvre était maintenant assez aigrie à son sujet, ce qui rendrait toute réunion future désagréable.

Soudainement peut entendre une sorte de commotion à l’extérieur, le genre de truc qui attire rapidement l’attention. Il décide de se lever et voir de quoi tout cela s’agite. De quoi s’agit-il des nouvelles lois, les pires nouvelles lois qu’il a étendues depuis l’année dernière au moins! Pour qui se type se prenait-il? En plus, il prenait le droit de défense, comment est-il censé faire de l’argent si les gens ne peuvent pas utiliser un avocat de la défense. Et pourquoi ce Sir Thomas Blake utilise ce terme? On est aux États-Unis, il n’y a pas de noble, tous les citoyens sont libres et égaux (sauf peut-être les noirs, les Chinois, les Indiens et les femmes). Pas question, que l’on utilise de titres de loyauté sur ces terres.

Comme d'habitude Anton ce doit être celui qui reçoit le plus d’attention dans toutes les scènes. Il commence donc à protester contre les mesures. Son excès de courage est probablement lié à l'alcool qu'Il a prit précédemment.

- Et le Roi Blake peut aller se torcher avec ses nouvelles lois, parce qu’elles valent moins que le papier sur lequel elles sont imprimées!

Il pointe avec sa pipe, le Thomas Blake en question.

- Ce politicien de caniveaux va contre les lois installées par ce pays pour aucune bonne raison, il va contre l’esprit des pères fondateurs, la constitution et l’habeas corpus, toujours utilisé sur nos terres. Citoyen de Woodville, je vous dis protester à cet autocrate!

Anton faisait une protestation comme un acteur, presque davantage comique que passionné. Ses critiques semblaient surtout se baser sur le fait que les lois fondamentales du pays étaient écorchées par les lois de Thomas et qu’il ne pouvait pas aller contre ces lois fondamentales. C’était quelque chose d’assez complexe, alors il avait inclus une référence au père fondateur pour être sûr que les gens peuvent peut-être le comprendre.

- Ce type aime se donner un titre de noblesse britannique, il est fondamentalement antiaméricain!

L’avocat se jugeait chanceux que le droit à la liberté d’expression n’avait pas été piétiné. Parce qu’il commençait à sentir la corde au cou qui? Anton pouvait comprendre les raisons opportunistes qu’il amenait à s’empare de terres. En tout cas, il a de la chance d’être un homme blanc, protestant et riche, sinon ses chances de survie seraient moins grandes. Blake pouvait aller au diable. Peut-être qu’il aurait à se présenter à la prochaine élection.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°1 : Sombre nouvelle Dim 19 Mai - 17:10

Sombre Nouvelle
Ou comment subir les ridicules paroles d'un fou.



J'étais arrivé depuis peu à Woodville, c'était plutôt un endroit charmant, quoique très différent de ma contrée natale mais j'appréciais le coin. J'avais trouvé une bicoque assez chic et sympathique pour me loger, toutes ces années à soigner des rages de dents, à extraire des molaires aidant. J'aurais dû me trouver une petite prospection, mais je craignais qu'elles n'aient toutes été vendues, depuis le temps, après tout même si j'en trouvais une je n'étais même pas certain de l'utiliser. Peut-être reprendrais-je mon métier de dentiste, j'avais apporté mes instruments et les caries ne devaient pas manquer par ici.

Je flânais ainsi dans les rues de cette ville du Far-West qui avait eu la bonté de m’accueillir avec de magnifiques regards suspicieux de la part de ces nouveaux riches, ces parvenus qui se pensaient maître du Nouveau-Monde. Leur stupidité et leurs manières me faisaient rire, ils prenaient toujours ce même air condescendant lorsqu'ils vous regardaient.

J'arrivais calmement vers la grande place, là où s'élevait une estrade pour les discours et j'entendais des clameurs de protestations s'élever. Deux hommes étaient semble-t-il entrain de faire un discours, mon anglais quasiment parfait me permettais de comprendre chacun de leurs mots pour mon plus grand déplaisir car ces derniers dénotaient à nouveau de la bêtise des américains. Réduire les libertés pour mater toute forme de rébellion et asseoir son pouvoir, voilà qui était une pirouette politique ingénieuse mais tellement prévisible et sotte. Déjà les gens criaient au scandale comme cet homme sans doute un peu aviné qui prenais le risque d'insulter Thomas Blake. J'avais évidemment entendu parlé de lui, le maire de la ville qui chassait les indiens, les considérant comme des bêtes sauvages qu'il fallait à tout prix exterminer. Il était dans l'erreur et ne s'en rendait même pas compte, un léger sourire flottait sur mes lèvres, j'aimais voir les gens exprimer leurs idées et me réjouissait d'avance de la manière dont je pourrais contredire celui qui se faisait appeler Sir.

Celui qui protestais le plus fort, sortis directement du saloon, s'y connaissait en politique, ses phrases bien qu'énoncées par une bouche à la langue pâteuse étaient véridiques. Lorsque l'inconnu finit d'admonester le fameux Blake, des chuchotements et murmures vifs commencèrent. Je ne voyais aucune raison de me taire moi aussi, il fallait bien que la populace présente se rende compte dans quel état de fourvoiement se placer leur dirigeant. Mais prendre parti maintenant serait-il vraiment utile ? Que disait le proverbe ? Soit proche de tes amis mais encore plus de tes ennemis. J'étais peut-être un étranger mais peut-être que je pourrais avoir une certaine influence non négligeable d'ici quelques temps, ou peut-être pas mais qui ne tente rien n'a rien. Je m'adressais à l'homme qui avait pointé de sa pipe Sir Thomas Blake. Tout en jetant des coups d’œil à la foule et aux hommes sur l'estrade, je pris la parole d'une voix forte.



« Monsieur, un peu de politesse devant ces dames. Je suis certain que Sir Blake a de bonnes raisons de faire tout cela. Quel maire après tout ne voudrait pas assurer la sécurité de sa ville ? Quitte à bafouer certaines de nos libertés les plus fondamentales, a nous empêcher d'exercer nos droits qui doivent pourtant être garantis par la constitution américaine. Pourquoi s'emporter ainsi, haranguer les foules ? »


Je savais mes propos susceptibles d'être interprétés de différentes manières, l’ambiguïté était plaisante. Je donnais raison à celui que je contredisais tout en donnant tort à Thomas Blake, comme pour le contraire. Après tout qui aurait écouté un étranger au léger accent dur, chercheur d'or que l'on pourrait considérer comme un arriviste. Personne évidemment, pourtant j'étais certain que mes paroles seraient entendues.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°1 : Sombre nouvelle Mer 22 Mai - 1:01

Cet homme à l’accent allemand commençait à lui donner des instructions. Il doit admettre qu’il a quand même raison, d’une certaine façon, il faut qu’il se calme. Il n’a aucun bénéfice à ne pas être la voix de la raison dans toute cette histoire. En même temps, le maire de cette ville et ses sbires doit être condamné pour ses actions. Si c’est seulement, il n’était pas un seul homme. Il a envie de fuir, mais il ne peut pas faire une sortie rocambolesque qui ferait parler tout le monde. Alors, il est malheureusement un peu pris par son tout.

- C’est bon, je me calme, mais on parle quand même ici des droits civiques des gens de notre bonne cité. Nous faisons traiter comme des criminels apparemment. D'ailleurs, je me demande bien pourquoi Sir Thomas Blake sent le besoin d’empêcher, l’expansion dans les terres reculés. Cette expansion est, pourquoi nous sommes venues, ici. L’expansion n’est pas en général le ressort des localités, mais davantage celui du gouvernement fédéral qui contrôle les territoires du Nouveau-Mexique.

Anton répondait en avocat essayant de donner la moindre loi pouvant invalider. Il pensait que ses paires seraient plus sensibles à l’argument du contrôle des terres. L’avocat ne peut voir qu’une façon de mieux contrôler la distribution de ceux-ci probablement pour des gens avec des poches plus profondes que les siennes. Il ne peut pas nommer de gens pour l’instant, mais il peut bien trouver quelque chose avec quelques recherches. Cette escalade des choses cache surement quelque chose. Les Indiens se sont tout simplement massacrés la plupart du temps, ils n’ont aucune chance contre une armée moderne. Même si cela prend du temps, la défaite est inévitable.

- J’aimerais bien savoir qu’est-ce que le gouverneur penserait de toute cette affaire.

Bien sûr une lettre au gouverneur ne soit pas très efficace. Il doit s’assurer qu’autant les gens de la rue que ceux de l’élite s’opposent à ses machinations, cela aide bien de se faire paraître plus gros que l’on est vraiment. Il sent que plusieurs regards sont sur lui, mais il sent que cela donne de la force. Au moins, il devrait empêcher de l’arrêter pour éviter qu’il fasse une scène ou quelque chose du genre. Il aurait probablement crié quelque chose du genre « La liberté ou la mort » dans ce genre de chose. Anton est un homme qui aime le chic des pères fondateurs. Personne ne s’attaquerait à quelqu’un portant le drapeau des États-Unis de peur voir ce dernier élément souiller.

- Les citoyens de cette ville sont-ils maintenant plus en sécurité avec les autorités qui se donne tous les droits? Les autorités ne semblent pas prévoir de fin à la suspension de ses droits. Il semble que les autorités incapables de gérer le problème avec les Indiens ont décidé de se mettre contre nous.

Anton sent quand même que les choses ne vont pas autant dans le sens qu’il voudrait, mais au moins ils n’ont pas encore sorti la corde au cou pour la mettre sur lui, mais malheureusement, ils ne sont pas rebellé pour mettre au maire. Il devrait probablement garder un profil bas pendant les prochains jours. II pourrait peut-être poursuivre le barman du saloon disant que ses actions étaient le résultat de l’alcool si les choses se corsaient davantage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°1 : Sombre nouvelle Dim 2 Juin - 17:38

Sombre Nouvelle
Ou comment subir les ridicules paroles d'un fou.



Celui a qui j'ai demandé de modérer ses propos devant ces dames à la verve d'un avocat. Il se défend bien, argumente et son discours pourrait frapper juste si il ne sentait pas l'alcool. Il doit être assez connu par ici, les gens l'écoutent tout de même avec attention et sa diatribe semble faire grincer des dents Sir Thomas Blake. L'homme qui parle sait ce qu'il dit, il sait parler de la bonne manière à la façon des orateurs antique. Les terres qui sont prises, voilà qui intéresse toujours les gros propriétaires terriens et les chercheurs d'or. Mais le plus intéressant dans tout ces beaux discours, ce sont les mouvements de la foule, imperceptibles pour ceux qui ne savent pas observer mais ils sont bien réels. Des groupes se forment, ceux qui adhèrent aux idées de leur maire, ceux qui les réfute et qui semblent vouloir s'allier au nouvel orateur, non pas moins bruyant et enfin les indécis, ceux qui ne savent pas sur quel pied danser et qui ne veulent surtout pas de problèmes. Je n'ai jamais compris comment des personnes civilisées ne pouvaient pas choisir un camps dans des moments tel que celui là. Vous ne pouvez rester impartiale lorsque l'on sape vos libertés et que l'on menace vos droits.
Pour moi, ce camps du milieux est celui des couards. Je ne donne pas l'impression de pencher la balance vers l'un des deux ? Pourtant mon cœur va déjà à celui qui parle et qui refuse ces lois stupides. Mais le Comté dans lequel se trouve Woodville semble être dirigé par un oligarchie répugnante, seul ceux qui sont assez riches peuvent décider de l'avenir des autres. Tuer des indiens, s'approprier leurs terres ne leurs posent pas de problèmes puisqu'ils les dévalorisent. Malheureusement ce genre de réunion ouverte, de discours administratif finis le plus souvent en pugilat et aucune solutions n'est trouvée pour mettre tout le monde d'accord.

Sir Blake empêche les gens de jouir de l'espace mais en contrepartie il empêche ceux qui habitaient déjà cet endroit dans profiter. La Conquête de l'Ouest comme il l'appelaient tous n'est qu'une mascarade, un fiasco qui visent à tuer les rêves de chacun à grand renfort d’inepties et de menaces.
Ce ne sont pas les indiens le problème, c'est l'or et le pouvoir. Pourquoi n'ont-ils pas envoyé de messager pour parlementer avec les Sioux au lieu de les repousser dans les montagnes ? L'autre parle du Gouverneur, ce dernier pourrait bien trouver un interprète, même si je doute fort qu'il est des contacts aussi hauts placés, sinon il ne serait as ici à écumer les bars.

Evidemment que l'autorité à les pleins pouvoir et qu'elle s'en sert, certains seront là pour la renverser mais nous ne pouvons tous nous attribuer le rôle de héros ou de rebelles. Ils sont le plus souvent considérés comme des hors-la-loi et leur tête sont mises à prix. J'écoute toujours attentivement l'homme parler lorsqu'une idée commence à germer dans mon esprit.



« Pourquoi n'envoyez vous pas un émissaires, pour organiser des pourparlers avec les indigènes ? Régler les problèmes de façon plus pacifique est sans doute bien mieux que de créer de la paperasse administrative qui risque fort de ne pas être suivie. »


Je me tourne vers celui que j'ai interpeller tout à l'heure, après tout si il sait défendre sa cause il peut bien trouver une solution à ce différent qui risque de nous mettre tous dans une situation plus que désagréable.



« Vous, par exemple, qui parlez si bien. Pourquoi n'iriez-vous pas à la rencontre des Sioux pour entendre leurs avis ? »


Qui n'est de toute évidence pas respecté. Je pourrais me proposer à ce poste de parlementaire, d'ambassadeur même, mais je crains que mon statut d'étranger ne joue en ma défaveur. Qui ferait confiance à un nouvel arrivant dont les intentions sont encore floues. Quoi que, ma foi pourquoi pas, après tout je n'ai rien a perdre et si je peux empêcher un bain de sang.



« Si jamais vous ne trouvez personne je peux me proposer.. » »


Je me tais, observant les autres personnes présentes, attendant leur réactions. Lorsque je viendrai à une conclusion satisfaisante je m'en irai. Je reste juste pour entendre à nouveau l'intriguant orateur avant de tourner les talons, un fin sourire sur les lèvres, les rouages de mes méninges travaillant avec rapidité et efficacité.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intrigue n°1 : Sombre nouvelle

Revenir en haut Aller en bas

Intrigue n°1 : Sombre nouvelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
» Coopération Canada/Armée et Haiti ; une idée nouvelle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† OUTLAWS † :: FOR A SAFE ARRIVAL :: Anciens sujets-