AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez|

Rose M. Wilson • Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Rose M. Wilson • Terminé Ven 17 Mai - 21:39




Rose Mary Wilson
« Everything has beauty but not everyone can see it »



who i am

Bonjour! Je m'appelle Rose Wilson - mais mes amis me surnomment Rosy. Je suis née à Burlington le 19/07/1835 et de ce fait j'ai donc 25 ans. Côté cœur, je suis Célibataire. J'exerce le métier, l'activité de Institutrice. J'appartiens au groupe Résistance. Je suis une personne douce, intelligente, patiente, observatrice; mais aussi maniaque, émotive, têtue, perfectionniste. Si j'ai une particularité ou un secret ? Je veux venger la mort d'un indien que j'ai rencontré étant enfant.


this is my story

Au loin, je distinguai le panneau de bois sur lequel était finement gravé : "WOODVILLE". Un grand sourire sur les lèvres, je me tournai vers mon grand frère Thomas qui, les rennes en main, encourageait les chevaux qui tiraient notre charrette à presser un peu le pas. Détendue, je redressai mon chapeau sur ma tête, impatiente de mettre le pied à terre : enfin nous y étions ! Nous en avions fais du chemin pour arriver ici. Fermant les yeux, je me mis à repenser à ce qu'avais été ma vie jusqu'à ce jour.

*****

Mon frère, de cinq ans plus âgé que moi, et moi sommes nés à Burlington dans un ranch. Ma mère, je ne l'ai jamais connu; elle est décédée en me mettant au monde. Néanmoins, j'ai la sensation d'avoir vécu des années avec elle grâce au portrait d'elle que nous avions au-dessus de notre cheminée et aussi grâce aux histoires de mon père, Bryan, qui ne passait jamais une journée sans l'évoquer. Comme il l'aimait ma mère ! Je le voyais dans ses yeux dès qu'il prononçait son nom et, malgré les années qui ont passé, il ne s'est jamais intéressé à d'autres femmes. Pour lui, il n'y avait qu'une femme, la sienne, ma mère. Mon père est l'une des personnes les plus admirables que je connaisse. Il n'a jamais baissé les bras suite au décès de ma mère, même s'il devait élever tout seul deux enfants en bas âge tout en gérant le vaste ranch dont il était le propriétaire. C'est un homme fort qui peut paraître un peu rustre au premier abord mais ce n'est qu'une simple apparence : il m'a toujours donné tout l'amour dont j'avais besoin, et même plus. Je n'ai jamais manqué de rien, grâce à lui, et je lui en serai éternellement reconnaissante.

Mon enfance s'est déroulée de façon relativement normale. Très vite, j'ai appris à accomplir toutes les tâches ménagères comme une parfaite petite fille, et j'allais à l'école chaque jour, mon père tenant à ce que j'ai une bonne éducation. Selon lui, j'ai très vite montrée que j'étais une enfant dégourdie et maligne et qu'il fallait développer mon intelligence pour en faire quelque de bien dans mon avenir. En plus de cela, j'ai découvert la vie au sein d'un ranch. L'amour des chevaux, je crois que je l'ai eu à l'âge de cinq ans, le jour où mon père m'a mise sur le dos d'un cheval. Quelle merveilleuse sensation ! Quel animal beau et puissant ! Dès lors, cette passion ne me quitta plus et, si mon père ne m'y avait pas obligé, je serai bien moins allée à l'école pour passer plus de temps en selle, d'autant plus que j'avais soif d'apprendre toutes les techniques de mon père. Contrairement à beaucoup de cowboys, mon père ne dresse pas les chevaux de façon archaïque. Lui, il les écoute, les comprend. Cette science, je l'ai tout d'abord touché du doigts puis j'ai appris à la manipuler et c'est le jour où j'ai compris que mon cœur battait à l'unisson avec celui de ma monture que j'ai su que j'avais compris mon cheval.

C'est l'année de mes quatorze ans que quelque chose changea dans ma vie. Un jour que je rentrai de l'école avec mon frère, près d'un enclos j'aperçue mon père en compagnie d'un... indien ! J'étais réellement stupéfaite. Des indiens, j'en avais entendu parlé bien sûr mais je n'en avais encore jamais vu un en chair et en os. Ce que je savais de ce peuple, je ne l'avais appris qu'à l'école, mon père ne m'en avais jamais touché un mot; et j'en avais entendu parlé en mal plutôt qu'en bien. C'est pourquoi, lorsque mon père nous fis signe d'approche, j'étais remplie d'appréhension, redoutant ce qu'allait nous faire cet homme à la peau brune. Quelques paroles brèves furent échangées et qu'elle ne fut ma surprise en réalisant que cet homme si différent de nous était pourtant si semblable. Son anglais était approximatif mais chaque parole était dite avec douceur et les sourires qu'il m'adressait de temps à temps étaient dépourvus de mépris, ils n'étaient que douceur et gentillesse. Après son départ, je bombardait mon père de question et j'appris que cet indien vivait seul et venait lui rendre visite de temps en temps pour lui parler et lui demander d'examiner son cheval afin de s'assurer qu'il était en bonne santé. Ma surprise devait se lire sur mon visage car mon père, lucide, me dit avec douceur : "Les indiens ne sont pas des sauvages sanguinaires. Ce sont des hommes comme toi et moi. Il y a de bons indiens et des mauvais indiens comme il y a de bons blancs et de mauvais blancs. Alors, ma chérie, ne tiens plus jamais compte ce que tu entends dire sur eux. Crois-moi, s'il y a des êtres détestables, ce ne sont sûrement pas les indiens." Je n'ai jamais oublié ces mots.

Les dix années suivantes passèrent doucement et je dois dire que mon opinion sur l'être humain changea peu à peu. Cet indien revint nous voir plusieurs fois, dînant parfois avec nous. Ses récits de voyages me fascinaient et, quand j'avais parfois des dizaines de questions à lui poser, il y répondait toujours avec patience et gentillesse. C'était un homme plein de sagesse. Et, à chaque fois que je me rendais en ville ou à l'école et que j'entendais toutes ces critiques sur les indiens, je me demandais pourquoi ce peuple était autant maltraité. Pourquoi tout lui reprocher ? Pourquoi vouloir à tout prix les éliminer alors que certains d'entre eux étaient si pacifiques ? Cela me dépassait et la cruauté des blancs envers eux me faisaient verser maintes larmes. Pourtant, sous le conseil de mon père, je cachai ma sympathie pour les indiens afin de ne pas m'attirer d'ennuis. Mais je n'ai pas réussis à suivre ce conseil bien longtemps.

Par une après-midi ensoleillée, alors que je me rendais en ville, j'ai aperçu un attroupement autour de la peloton d'exécution qui avait vu bien des indiens mourir sous les coups de feux. D'ordinaire, je pressai le pas pour m'éloigner de ce spectacle, révulsée par la cruauté des gens qui savouraient ce "spectacle"; mais là, comme poussée par un doute, je me joignis à la foule... et me figeai en découvrant celui qui était attaché au poteau. L'indien qui avait partagé nos repas, celui qui me ramenait un cadeau à chacun de ses visites, celui qui m'avait laissé monté sur son cheval; l'une de meilleures personnes qui m'avait été donné de rencontrer était fixé au peloton et regardait avec expression indéchiffrable les hommes armés devant lui. Sans me soucier du fait que j'étais entourée par des dizaines de personnes hurlant des injures à l'indien, sans que je puisse les retenir, les larmes se mirent à couler à flots sur mes joues. Les hommes levèrent leurs armes. Mon hurlement s'éleva à l'instant où ils pressaient la détente. Durant une fraction de seconde, l'indien se dressa soudain et braqua son regard sur moi et, la seconde d'après, son torse nu était transpercé par une dizaine de balles. Bousculant sans ménagement les personnes autour de moi qui semblaient médusées par ma réaction, je couru vers l'indien qui glissa le long du sol. M'agenouillant près de lui, les larmes inondant mon visage, je le fixai, incapable de prononcer le moindre mot. Autour de nous, le silence était total. Lentement, avec douceur, je dégageai une mèche de cheveux qui barrait son regard. Les yeux mi-clos, l'indien pressa ses lèvres contre ma main puis leva ses yeux noirs comme la nuit vers moi et m'adressa un sourire, le même que celui qu'il m'avait adressé lorsque je n'avais que quatorze ans. Un filet de sang dégoulina de ses lèvres puis il ferma les yeux.

Après la mort de cet indien dont je n'ai jamais su le nom, plus rien n'a été pareil pour moi. Les gens se mirent à me regarder de travers, à se moquer, à critiquer et, aussi bien mon frère et mon père que moi, nous ne nous mêlions plus à eux. Un an plus tard, j'ai annoncé à mon père ma décision de quitter Burlington pour aller à Woodville. Je ne pouvais plus rester dans cette ville remplie de ranchers sanguinaires et je savais que Woodville recherchait une institutrice. Le goût des études étant devenu aussi fort que celui pour les chevaux, je me sentais tout à fait apte à exercer cette profession. Mon père accepta mon choix sans discuter. Il savait que je n'aurai pas d'avenir ici. Thomas insista pour venir avec moi et, malgré le fait que j'ai proposé à mon père de venir avec nous, il refusa : il avait son ranch et il était âgé et pour lui, tant que nous étions heureux, il l'était aussi. C'est ainsi, que Thomas et moi décidèrent de changer de vie.

*****

J'ouvris brusquement les yeux lorsque Thomas me secoua l'épaule pour me signifier qu'on était arrivés. Une nouvelle vie aller commencer dans une nouvelle ville où personne ne nous connaissait et où personne ne nous jugerait. Portant une main à mon cou pour me masser ma nuque tendue, mes doigts entrèrent en contact avec un cordon en cuir. Doucement, je pris entre mes mains le collier que je portais à mon cou. C'était un présent que m'avait fait l'indien pour mon dix-huitième anniversaire. Je ne l'ai jamais quitté depuis son exécution.



behind the screen

T'as un prénom tout de même ? Surprised • Alexandra
Ton p'tit surnom, c'est quoi ? Shocked • Alex ou Tilly
Tes crédits • Brain Damage
Qui est sur ton avatar ? • Alexis Bledel
Ton avis sur le forum ? • J'adore le contexte Far West et le design est très beau, tout en simplicité Smile
Le fameux code du règlement ? RazzValidé par Charlie I love you

FICHE PAR ROMANE



Dernière édition par Rose M. Wilson le Dim 19 Mai - 20:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Personnage non joueur. Merci de ne pas envoyer de MP


    Masculin

      ☆ COUPS DE FEU : 290
        ☆ AMÉRICAIN DEPUIS : 29/12/2012

        Papiers
        » JUKEBOX:
        » CHEZ MOI : Partout et nulle part à la fois
        » UNE PHRASE: Maître du jeu, je suis

MessageSujet: Re: Rose M. Wilson • Terminé Sam 18 Mai - 8:59

Oh bienvenue compatriote Oh my god YAY J'ai hâte de lire ton histoire I love you Bon courage pour terminer ta petite fifiche Mexicano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wicked-mind.superforum.fr
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Rose M. Wilson • Terminé Dim 19 Mai - 20:16

Merciii ! Balloon
J'ai terminé ma fiche ! Smile
Revenir en haut Aller en bas

Personnage non joueur. Merci de ne pas envoyer de MP


    Masculin

      ☆ COUPS DE FEU : 290
        ☆ AMÉRICAIN DEPUIS : 29/12/2012

        Papiers
        » JUKEBOX:
        » CHEZ MOI : Partout et nulle part à la fois
        » UNE PHRASE: Maître du jeu, je suis

MessageSujet: Re: Rose M. Wilson • Terminé Dim 19 Mai - 20:49

Oh jolie petite institutrice, j'ai le plaisir de t'annoncer que ta fiche est validée I love you Tu peux dès à présent rp, flooder enfin faire à peu près tout ce qu'il te plaît sur le forum Mexicano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wicked-mind.superforum.fr
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Rose M. Wilson • Terminé Dim 19 Mai - 20:53

Merciii ! Yeah!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rose M. Wilson • Terminé

Revenir en haut Aller en bas

Rose M. Wilson • Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Every rose has us thorn [ Terminée ]
» La nuit, tous les chats sont gris... Sauf moi, je suis rose! (terminée)
» Oscar et la dame Rose
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† OUTLAWS † :: FOR A SAFE ARRIVAL :: Anciens sujets-